CHANT GREGORIEN

Le chant grégorien a reçu le titre de » Bible chantée ». Cela aide par ce caractère scripturaire, à mieux comprendre et mieux vivre l’incomparable foi chrétienne
C’est pourquoi tous les Papes ont, de tous temps, demandé aux monastères bénédictins , de conserver précieusement ce trésor de l’église.

Jean Paul II nous dit :  » Que votre joie intime soit la louange de Dieu, exprimée dans la forte et douce langue latine , dans les sublimes et purifiantes mélodies grégoriennes « 
Selon Vatican II Constitution sur la liturgie:

La nature propre du grégorien, son inspiration, sa valeur spirituelle suffiraient à en faire , le seul possible, « Chant propre de l’Eglise Romaine »
C’est un chant monodique: une seule voix! L’unicité des voix exprime l’unité des cœurs et des esprits qui n’ont qu’une même foi.
C’est la prière commune par excellence, chant au rythme libre, souple et précis , sans fractures rythmiques qui puissent en troubler la paix et la profondeur.
Sa mélodie faite de courbes multiples évoluant vers la modalité classique des huit modes grecs( vieux grec) est capable de traduire tous les sentiments qui animent la prière avec la variété de coloris et les nuances propres à chacun.
En tout cela, rien d’artificiel, de plaqué, de maniéré , l’absence de toute recherche pour produire un effet quelconque, la simplicité du grand Art.
Dès l’an 382 le latin avait remplacé le grec dans l’Eglise Romaine. C’est donc sur la langue latine que va se construire tout l’édifice grégorien, et la majeure partie du répertoire va être tirée de la Bible, des Psaumes , des évangiles.
La mélodie ajoute au texte inspiré une vertu d’intériorisation , le texte modelant la mélodie, la mélodie mettant le texte en valeur, tout entière à son service.
Canal du spirituel, jaillie de la prière de nos anciens, la musique grégorienne ne joue pas seulement son rôle pour la beauté des offices liturgiques, mais elle façonne l’âme de celui qui chante et travaille à sa formation spirituelle, par imprégnation , peut on dire, en raison des richesses de doctrine et de vie qu’elle recèle.
Dans sa sobriété même, et le volontaire dépouillement de son style, elle intériorise la Parole divine et conduit doucement à la contemplation du mystère qu’elle chante…

Texte « Les Trésors du Chant Grégorien »

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=_YZI4cyBkvI[/embedyt]